Widgets Amazon.fr

Accueil > Michaud-Nérard Thierry-Ferjeux > Moudenc, la ville "Rose" et les "Couples de la République"

Moudenc, la ville "Rose" et les "Couples de la République"

vendredi 15 janvier 2016, par Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard

Le Salon Beige de Michel Janva attire l’attention sur le fait que "la mairie de Toulouse justifie une exposition homosexualiste : En décembre dernier, une exposition contre-nature d’Olivier Ciappa était affichée publiquement à Toulouse. Intitulée bizarrement : "Les couples de la république", ces photos montraient des paires homosexuelles, le plus souvent avec enfant. La mairie a reçu tellement de réactions que le maire JL Moudenc (LR) a écrit une réponse par courriel (qui témoigne d’une) incompétence notoire (avec la) volonté de dévoiler l’identité (de ceux) qui se sont permis de" (contester une telle infamie).
On peut lire, dans la lettre de Jean-Luc Moudenc, un mélange de "Lang de bois" et d’hypocrisie.
Le grand Molière a écrit : "Vive la fourberie, et les fourbes aussi ! J’ai bien joué moi-même un tour des plus adroits. Il est vrai, je suis prompt et m’emporte parfois". (L’Étourdi) Il nous en dit plus dans Les Fourberies de Scapin : "Scapin : À vous dire la vérité, il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m’en veux mêler. J’ai sans doute reçu du Ciel un génie assez beau pour toutes les fabriques de ces gentillesses d’esprit, de ces galanteries ingénieuses à qui le vulgaire ignorant donne le nom de fourberies et je puis dire, sans vanité, qu’on n’a guère vu d’homme qui fût plus habile ouvrier de ressorts et d’intrigues, qui ait acquis plus de gloire que moi dans ce noble métier, mais le mérite est trop maltraité aujourd’hui
On peut lire, dans la lettre de Jean-Luc Moudenc, un mélange de ces galanteries ingénieuses à qui le vulgaire ignorant donne le nom de "fourberies" :
"Vous m’avez fait part de votre mécontentement relatif à l’exposition (de propagande homosexuelle) de photographies Les Couples de la République d’Olivier ClAPPA, affichée sur les grilles du jardin du Grand Rond. Cette exposition a été programmée à l’occasion de l’anniversaire de l’association l’Autre Cercle de Midi-Pyrénées, dont l’objet principal est de lutter contre les discriminations (par la propagande homosexuelle)…
"S’en prendre à une oeuvre photographique pour défendre des opinions est hautement condamnable.
Mais tromper les citoyens, par la fausse culture et par la vraie propagande homosexuelle, ce n’est pas une mystification politicienne hautement condamnable ?
"Cette exposition de photographies représentait "Les Couples de la République" dans sa plus grande diversité (gay en exhibant) des photos de couples et de familles mélangeant hétérosexuels et homosexuels… de toutes origines. L’événement (homosexualiste) se voulait avant tout fédérateur (mélangeant hétérosexuels et homosexuels) autour de l’acceptation de la différence, valeur de tolérance… (Pourtant, il y avait autrefois des maisons pour ça !) La volonté de la Mairie (par la propagande homosexuelle) n’était en rien militante et se voulait seulement porteuse d’un message contre les discriminations"… Taka y croire !
Pour bien comprendre les mensonges de Jean-Luc Moudenc, le grand Molière nous met en joie avec Les Fourberies de Scapin :
Moudenc-Sbrigani : Je vous assure que je suis tout à vous.
Monsieur de Pourceaugnac : Je vous ai beaucoup d’obligation.
Moudenc-Sbrigani : C’est du fond du cœur que je parle.
Monsieur de Pourceaugnac : Je le crois.
Moudenc-Sbrigani : Je suis un homme tout à fait sincère.
Monsieur de Pourceaugnac : Je n’en doute point.
Moudenc-Sbrigani : Ennemi de la fourberie.
Monsieur de Pourceaugnac : J’en suis persuadé.
Moudenc-Sbrigani : Et qui n’est pas capable de déguiser ses sentiments.
Monsieur de Pourceaugnac : C’est ma pensée.
Moudenc-Sbrigani : Je suis à votre service…
"J’ai voulu conserver la manière… et la sincérité" de mon (office). (Les Fourberies de Scapin)
Jean de La Bruyère note dans ses Caractères que "le masque de l’hypocrisie cache la malignitéLa finesse est l’occasion prochaine de la fourberie. De l’un à l’autre le pas est glissant. Le mensonge seul en fait la différence : si on l’ajoute à la finesse, c’est fourberie… Les flatteurs, les fourbes, les calomniateurs, ceux qui ne délient leur langue que pour le mensonge et l’intérêt, sont les charlatans en qui il se confie, et qui lui font avaler tout ce qui leur plaît : ce sont eux aussi qui l’empoisonnent et qui le tuent."
Selon toute vraisemblance, ce genre de violence politicienne contre toute raison n’est pas la première attaque contre la vérité par ce que l’on appelle : les mystifications de la "Lang de bois" et de l’hypocrisie.
Il est clair que "Les Couples de la République" sont une infamie faussement culturelle, d’un genre très particulier, qui doit promouvoir la propagande homosexuelle sur les murs de la ville "rose", qui lui doit bien son nom ! Comment convertir une population qui n’est "pas encore soumise" à la tyrannie idéologique pro-gay du lobby GOF-LGBT, malgré l’idéologie des "ABCD de l’égalité", le prosélytisme et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT contre la laïcité à l’école ? En clair, le message adressé par "Les Couples de la République" devrait se traduire ainsi : convertissez-vous à la gay-pride pour tous ! On sait déjà que, dans bien des régions françaises, des gens ont gobé la duperie du "mariage homosexuel pour tous", non par conviction homosexuelle, mais pour ne pas être accusés et harcelés par le mythe de la "soi-disant homophobie".
La tartuferie pseudo-culturelle de la propagande homosexuelle avec "Les Couples de la République" est devenue une fausse protection pour le politicien Moudenc. Il faut ajouter, hélas, que ces mensonges sont le fait la propagande publicitaire progay-GPA/PMA, qui fait de la femme et de l’enfant, pour le Couple de la République Bergé-Hollande, "des marchandises comme les autres". La civilisation judéo-chrétienne a toujours respecté la famille. Mais cette civilisation est aujourd’hui attaquée par le nihilisme des Bergé-Hollande !
Il est clair que le mouvement de la "Manif pour tous" se retrouve dans la fable du grand La Fontaine : Le Chat et un vieux Rat : "Ce Chat exterminateur était craint une lieue à la ronde.
"Il voulait de souris dépeupler tout le monde. Les souris étaient prisonnières (et) elles nosaient sortir. Le peuple des souris croit que cest châtiment (pour une faute homophobe ou un péché supposé).
"Il prophétisait vrai, notre maître Mitis, pour la seconde fois, les trompe et les affine
"La gent trotte-menu sen vient chercher sa perte.
"Un Rat, sans plus, sabstient daller flairer autour.
"Cétait un vieux routier, il savait plus dun tour
"Ce bloc (de Moudenc) enfariné ne me dit rien qui vaille.
"Je soupçonne dessous encore quelque machine
"Cétait bien dit à lui (et) japprouve sa prudence.
"Il était expérimenté et savait que la méfiance est mère de la sûreté."
Pour conclure avec Molière, à propos de la lettre de Moudenc, ce mélange d’hypocrisie et de "Lang de bois" : "Je ne trouve partout que lâche flatterie, Qu’injustice, intérêt, trahison, fourberie. Je n’y puis plus tenir, j’enrage" (Molière, Le Misanthrope)


Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard


Voir en ligne : http://www.gralon.net/articles/phot...